Découverte: roues Aerozenith X1000

Publié le par Samuël














Cliquez pour agrandir
Petit nouveau dans le paysage de l'industrie du cycle, Aerozenith est une nouvelle marque de roues Française, située à Saint-Claude, près de Gex, dans le Jura. Chapeautée par Laurent Bourdier, gérant de la société et Christophe Gay, responsable industriel, Aerozenith est une filiale d'une entreprise spécialisée dans les matériaux composite, sous traitant pour l'aviation civile et militaire depuis de nombreuses années.
Autant dire que les techniques utilisées et découlant de ce savoir faire est à la pointe de la technologie, 100% made in Jura.


Venons en à ce qui nous intéresse, les X1000. Nous avons eu la chance de pouvoir les tester avant leur commercialisation, prévue fin mars. À première vue, ces roues full carbone ressemblent fortement aux Lightweight de Carbonsport ou aux Cosmic Carbone Ultimate de chez Mavic. Le ton est donné! Le but d'Aerozenith est de présenter des roues les plus performantes possibles, avec le meilleur rapport Aérodynamisme, poids, rigidité, polyvalence et bien entendu, des roues fiables et sécurisantes.

Trève de bavardage, qu'en est-il vraiment?


Les jantes

Les jantes à boyaux sont réalisées en fibre de carbone 3k. Pour plus de fiabilité et malgré le surpoids que cela représente, la structure interne des jantes est faite de mousse structurale, la même que celle utilisée dans l'aéronautique. Les jantes font 35mm de haut. Ce choix a été fait car pour les concepteurs, cette hauteur est le meilleur compromis entre aérodynamisme et faible prise au vent latéral. Nous pensons aussi que ce choix est le plus polyvalent et le plus judicieux pour ceux qui roulent où ça souffle fort. Autre particularité, au lieu d'être bombées comme la concurrence (profil supposé être le plus aérodynamique en rapport 1/4), ces jantes ont un profil « incurvé ». Ce serait, selon Aerozenith, le profil le plus performant...qui a tort, qui a raison? La vérité se trouve probablement entre les deux. Le but recherché serait d'éviter les effets de portance bien connus dans l'aéronautique. À noter que pour des raisons de rigidité, la jante arrière est asymétrique, ce qui permet un meilleur parapluie. Concrètement, la jante est très incurvée côté roue libre et plate coté opposé. 


Cliquez pour grandir



La jante est très fine et son profile est asymétrique à l'arrière. Autre détail surprenant, la finesse de la tranche de la jante; avec 2mm, on a vraiment l'impression qu'il s'agit de véritables lames! Cela va-t-il passer auprès de l'UCI? On se souvient des Spinergy à l'époque qui avait été interdites pour des rayons comme des lames. Pour finir, la décoration ne peut pas passer inaperçue avec le lettrage orange! À noter que les roues existent également avec un lettrage blanc et une version « noir fantôme » sera aussi disponible. De quoi assortir avec tous les vélos...ça, on aime.

Les roues en version noir fantôme, parce que l'orange ne se marie pas avec tout, ou les stickers blancs qui iront à merveille avec les nombreux cadres blancs du moment!

   




Les moyeux

Pour ce qui est des moyeux, ils sont également réalisés en carbone 3k monocoque. Ce qui frappe l'oeil, c'est leur taille!! 24mm de diamètre à leur centre, ils s'élargissent progressivement et terminent avec des flasques de 90mm! Rigidité assurée!


Cliquez pour agrandir


Les flasques des moyeux sont surdimensionnées!! Les axes sont en Zicral, cet alliage d'aluminium très léger entre autre utilisé par Mavic pour ses Ksyrium.Les roulements sont quant à eux des roulements annulaires de haute précisions afin de procurer un maximum de fluidité dans le roulage. Ces roulements sont réglables avec un système d'écrou semblable à campagnolo. Pour le corps de roue libre, il est en acier et aluminium, démontable sans outil. En effet, c'est un écrou avec un joint torique qui est enboité sur l'axe de la roue qui maintient le tout. Il se démonte donc simplement en tirant sur la roue libre. Ca vient tout seul. Le serrage final est donc assuré par le blocage de la roue arrière, montée sur le cadre... très pratique.




Les rayons

En ce qui concerne les rayons, ils sont réalisés en fibres unidirectionelles. Avec une largeur de 7,5mm et une épaisseur de seulement 1mm, ils ont également été conçus pour fendre l'air au maximum. Au nombre de 16 à l'avant et de 20 à l'arrière, ils sont rattachés par paire au niveau de la jante afin de mieux y répartir les tensions et d'obtenir un voile infime. À l'arrière, les rayons sont croisés par deux côté roue libre. C'est également à ce niveau que la marque se distingue, à mon sens, le plus de ses conccurents. En effet, au lieu d'être enroulés autour de l'axe comme chez Lightweight ou Mavic, les rayons sont insérés dans le moyeu avant polymérisation, ce qui en fait les seules roues monocoques. Aussi, le même procédé est utilisé au niveau des jantes. Revers de la médaille, comme chez ses deux conccurents directs, attention à la casse... Avec ce concentré de technologie, ces roues atteignent sur la balance le poids de 1040grammes. Selon le constructeur, ils auraient pu descendre plus bas mais pour eux, cette masse est la masse idéale pour exclure un maximum de problèmes de fiabilité. Reste maintenant à voir dans le temps.
Cliquez pour agrandir







Qu'en est-il sur le terrain?

À voir ces roues de près, on se dit avant toute chose qu'elles doivent être très raides. Il n'en est rien. Dès les premiers mètres parcourus, le confort ressenti est bluffant. Même sur de longues sorties de 4heures, le confort reste présent, bien supérieur à bon nombre de roues, bien que moindre par rapport à un montage effectué à la main. On sent à peine les aspérités de la route même sur des chaussées en mauvais état.

Lorsqu'on augmente le rythme, sur des exercices au seuil par exemple, cela devient un vrai régal! On ne sent aucune déperdition de puissance. De plus, nul besoin d'emmener un braquet démesuré pour les exploiter au mieux. Dans les sprints ou les bosses courtes montées à bloc, là encore, rien ne bouge. Pas le moindre flottement. De plus, leur faible poids et donc leur faible inertie vous aide à bondir encore plus rapidement. Ces roues, bien que très confortables sont donc très rigides. Rien ne bouge.

Au niveau de l'aérodynamisme, difficile de juger l'efficacité d'une roue sur le terrain. Le profil de 35mm n'est certainement pas le plus aérodynamique et la forme incurvée des jantes nous laisse dubitatif. Un test comparatif en soufflerie pourrait se montrer très intéressant mais gageons que les gens d'Aerozenith n'ont pas choisi cette forme au hazard. Ce qui est appréciable par contre, c'est que ce profil de 35mm est probablement le plus polyvalent. Le vent soufflant assez fort durant les deux semaines de test, rares furent les fois où le vent réussit à me faire dévier de ma trajectoire, contrairement à un profil de 50mm par exemple. Cela colle donc avec l'objectif de rendre ces roues sécurisantes.

Autre point de sécurité, le freinage. Ni excellent, ni mauvais, ça reste un freinage sur jantes carbone. Il ne nous a cependant causé aucune mauvaise surprise même s'il fut moindre qu'avec des jantes alu. Encore un bon point pour Aerozenith.

« Mais ces roues sont parfaites » me direz-vous? Pas tout à fait mais presque. En effet, après la première sortie, un jeu est apparu sur les roulements avant et arrières. Un jeu expliqué par la société comme étant causé par un manque de rodage en usine. Cette erreur de jeunesse devrait être corrigée pour la commercialisation. Nous verrons avec un second test qui devrait être effectué par Adrien. À noter que les roulements sont réglables, ce petit aléa est donc très facile à solutionner avec une clé de 15mm.

Petit regret, les chutes de neige ayant été assez abondantes sur les Vosges en début mars, période du test, il fût impossible de tester ces roues dans le moindre col. Dommage car ce terrain doit aussi leur aller à merveille.

En résumé, ces roues frôlent donc la perfection et ne volent pas leur statut de conccurentes directes des célèbres et mythiques Lightweight et des plus jeunes Mavic CCU. En effet, la rigidité est bien présente (un test labo serait intéressant), la polyvalence est bien là aussi tout comme la légerté et la sécurité. Mission accomplie donc pour Aerozenith. Reste à voir comment ces roues se comporteront dans le temps.

...ah, nous allions oublier un petit détail...comptez quand même 3400€ pour vous offrir ces petits bijoux!! Moi, j'aurais aimé mais à ce prix...ce n'est pas à la portée de toutes les bourses. C'est sans aucun doute le prix à payer pour des roues High Tech 100% made in Jura.









Test Adrien


Samuël ayant rédigé un test très détaillé, je ne vais pas m'attarder sur de longues descriptions.
De mon côté, j'ai donc aussi été agréablement surpris par ces nouvelles roues. Les caractéristiques les plus importantes que je puisse donner:
 - rigidité excellente, aucun mouvement de la jante entre les patins de freins
 - inertie très faible donc accélérations très faciles malgré les boyaux Continental Sprinter pas spécialement léger ni doux à emmener
 - finition exceptionnelle
 - le voile est quasi inexistant, ce qui est à souligner sur une roue de ce type
 - les moyeux disposent en effet d'un système de réglage très facile, et sont très doux à tourner en main.
AeroZenith dispose ici d'un super produit et surtout maîtrise une technologie pointue qui devrait rapidement lui permettre de se faire un nom sur le marché.

Contrairement à Samuël, j'ai trouvé ces roues bien plus sensibles aux vents de travers que d'autres roues pourtant plus hautes. De mon point de vue, la forme incurvée est bel et bien responsable. En effet les jantes Edge Composites 41mm de forme incurvée sont plus sensibles aux vents de travers que les 45mm, légèrement bombées quant à elles. Le phénomène est perceptible dès les premiers kilomètres des sorties que j'ai pu réaliser avec les deux modèles de jantes précédemment citées.
La forme incurvée des jantes AeroZenith est donc certainement plus dictée par une nécessité technique que par un choix volontaire.

Pour finir, ces roues (version de mai pour ma part) méritent encore quelques évolutions avant un commercialisation officielle. En effet, les moyeux avaient tendance à prendre un peu de jeu à chaque sortie malgré le réglage fin effectué en amont. La roue arrière était particulièrement décentrée et venait presque toucher les bases du cadre! Un décentrage d'environ 4mm vers le côté opposé roue libre est difficilement acceptable sur une roue de ce tarif, d'autant plus que rien ne peut être réglé.


En bref, ces très jeunes roues devraient rapidement faire parler d'elles sitôt les dernières mises à jour cruciales effectuées . Reste le prix qui, comme Samuël le souligne est en rapport avec une fabrication 100% française.


Site internet: www.aerozenith.fr

Publié dans Nouveautés - News

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pothier 15/06/2009 13:07

hum...jante incurvé qui prend le vent comme une voile de bateau, décoration en lettre adhésive découpé...1040gr, 3400 euros, heureusement qu'en cas de casse on peut faire du diabolo avec les moyeux !