Roues Speedcomposites Sinus 2007 (1002 gr)

Publié le par Romain

 

    Loin des chaines de fabrication asiatiques Lars Van Beurden, le fondateur de Speedcomposites continue d'améliorer ses produits en proposant désormais un montage possible de ses roues SINUS à boyaux avec les rayons Sapim Cx-Ray. 

 

 

Toujours plus légère, cette paire de roue destinée au cyclo-cross mais forcément utilisable en toute circonstance, n'affiche pas plus de 1002 gr sur la balance (av 439, ar 563) en configuration 24 rayons à l'avant et 24 à l'arrière. La paire de roue passerait inévitablement sous la barre fatidique du kilogramme en version 20 rayons à l'avant et 24 rayons à l'arrière.

 

 

439 gr pour la roue avant

563 gr pour la roue arrière

 

 Nous présenterons tout d'abord les différents éléments des roues pour ensuite passer à leur analyse globale.

 

 

LES RAYONS

Le constructeur batave fait confiance à Sapim et c'est à la demande de certains compétiteur qu'il propose le montage avec des rayons Cx-Ray, ce qui rigidifie encore un peu plus les roues. On notera aussi l'utilisation d'un écrou héxagonale spécifique équipé d'une partie autoserrante reprenant le principe des écrous nylstop, appelé nylock. La tête droite diminue le risque de bris de rayon. De plus, le profil de ces  rayons autorise un dévoilage de la roue plus aisé car on peut maintenir le rayon pour éviter sa rotation.

 

Ecrous spécifiques et rayons anodisés noir

   

 

LES MOYEUX

Les moyeux en aluminium sont usinés dans la masse. Déjà améliorés en 2006, ils sont en cette fin d'année fiabilisés à l'aide de joints supplémentaires (en bleu sur la photo). Le moyeu arrière comporte 4 roulements annulaires 2 dans la roue-libre et 2 sur le corps du moyeu. Toujours dans un souci de performance, les rayons sont croisés du côté opposé de la roue libre et se touchent. Les coureurs à la recherche de rigidité absolue pourront les ligaturer.

  

moyeu arrière 201 gr

moyeu avant 81 gr

 

Le corps de la roue libre est très léger, il pèse 74 gr avec les roulements, le travail d'ajustage est ici remarquable. Aucun réglage n'est nécessaire, les pièces s'emboîtent parfaitement, le réglage du jeu restant le travail de l'artisan qui reprend ici toute sa noblesse. Les cliquets de la roue-libre au nombre de 3 sont larges et assurent une transmission parfaite du couple.

 

l'utilisation d'une clé de 10mm pour le démontage permet d'usiner un peu plus la matière et donc gagner encore quelques grammes

Détail du moyeu avant


 

 
LES JANTES

La jante est tout en carbone. C'est une fibre unidirectionnel qui finalise l'aspect des jantes. Elles sont vernies et très brillantes, les logos discrets et d'une finition précise se trouvent sous le vernis de manière à ne pas avoir la désagréable surprise de retrouver un autocollant qui se décolle après quelques nettoyages. La surface de freinage avec une finition spécifique, d'un aspect mat est usinée pour apporter un meilleur freinage. La jante est creuse mais vu la faible dimension de celle-ci (largeur 21 mm et hauteur 25 mm) l'insertion de matière additionnelle est sans doute inutile. Le raccord est quant à lui invisible, on se doutera que le secret de fabrication de ce détail esthétique restera inconnu pour un petit moment. Les jantes sont identiques à l'avant comme à l'arrière et reprennent une forme légèrement aérodynamique et très réussie.

Certainement ce qu'il y a de plus complexe a réaliser, car soumis à d'importantes contraintes souvent concentrées à l'insertion des rayons, la solution  retenue pour obtenir une jante carbone robuste et légère (le poids est en moyenne de 245-258 gr) est ici de percer un trou au diamètre minimum (2,5 mm) de manière à ce que le rayon transfert le plus possible de force sans pour autant fragiliser la jante.

 

 

LES ROUES 

Après avoir détaillé chaque composant, passons maintenant à l'analyse de l'ensemble. D'une finition très pointue et au look intéressant, la paire de roue ravira les amateurs de carbone et conviendra tout à fait à leur monture le plus souvent sombre et laissant la fibre apparente.

 

 ROUE AVANT

Le rayonnage est radial à l'avant avec des flasques assez petites pour diminuer bien sur le volume de matière utilisée. Très écarté l'espacement entre les flasque est de 83 mm contre 72-73 mm pour les moyeux Shimano Dura-Ace, Campagnolo Record, Dt Swiss 240 ou encore les Mavic Ksyrium ES. Cela compense d'une certaine manière la dimension réduite des flasques et cela laisse préséger d'une bonne rigidité avec une tension de 80-90 kg mais par conséquent d'un aérodynamisme moins important.

 

ROUE ARRIERE

Le rayonnage est radial côté roue-libe et croisé à 2 côté opposé. Solution technique déjà utilisé par Shimano et chez Mavic sous le nom d'Isopulse. La solidité des composants et avant tout des jantes permet une tension des rayons optimale 70-110 kg.

 


 

 

  COMPORTEMENT

 

La qualité de l'assemblage et des composants employés promet une roue robuste. Ces roues légères vous permettront de relancer facilement.  Les rayons cx-ray légers amènent un peu de confort à la roue. Chaussées de bons boyaux,  les roues supporteront aisément les mauvais revêtements. De plus les rayons radiaux à l'avant filtrent bien les aspérités. Comme toute roue très légère, l'inertie se voit nettement réduite et désavantagera les sorties au train sauf à haute vitesse ou la légèreté reste un avantage si un minium de rigidité est présent. C'est une roue qui aimera la tonicité au travers des relances ou des ascensions difficiles, courtes ou longues. La légèreté sera toujours un avantage sur les diffcultés.

Pour le freinage, il est bien sur préférable d'utiliser des patins spéciaux. Même si par temps sec un patin normal est utilisable (il freinerait même trop bien) on bloquerait facilement la roue, ce serait l'inverse par temps humide. La fiabilité à long teme restant à définir, nous vous ferons part d'un essai longue durée d'ici quelques mois.

 

  Poids léger sur la balance mais poids lourd pour la performance
 

 

 

CONCLUSION

Alors que l'artisanat à tendance à disparaitre au profit de l'ère marketing, l'apparation d'une marque artisanale européenne produisant en europe ayant pour seul souci la qualité de ses produits fait plaisir à voir et mérite que l'on s'y intéresse.

Au vu de la qualité de fabrication, on peut présager d'une fiabilité importante des composants  mécaniques (moyeux et roue-libre). La précision des organes étant importante l'usure sera beaucoup moins rapide. Ensuite les faibles quantités produites laissent au constructeur une totale maitrise du procédé de fabrication et une parfaite connaissance de son produit. Au niveau du comportement on conseillera cette roue à tout type d'utilisateur car elle reste confortable, solide mais performante vu le rapport poids/rigidté présenté. Elles sont au final concurrentes directes des roues type Campagnolo Hyperon Ultra, Zipp 202...etc avec une finition supérieure, plus légère et surtout un prix d'une autre catégorie (environ 1000 € la paire de roue !!!).

 

Poids de roue comparables aux Speecomposites Sinus:

ROUES

POIDS

Lightweight Ventoux (DT Swiss) 

 1020 gr  (poids constructeur)

Zipp 202

 1032 gr  (poids constructeur)

Campagnolo Hyperon Ultra

 1220 gr  (poids constructeur)

Shimano Dura-ace 7801 carbone

 1310 gr  (poids constructeur)

  

Publié dans Matériel || Stuff

Commenter cet article

CARMOUZE 09/01/2007 11:08

Je viens d'en recevoir une paire, commandée le 13 déc 06 et reçues hier. 564 g arr, 420 g avant, 110 g les blocages. Elles sont superbes

thierry 17/12/2006 23:27

Ca semble être une offre tout à fait compétitive, par rapport aux Lightweight, et autres roues dans la même catégorie, à 2 voire 3.000 €uros !Romain, peux-tu nous dire avec quels boyaux tu roules sur route, avec ces roues ? Lars ne proposant que des boyaux de cyclocross ?La largeur de ces roues à 21mm, ça amméne quoi ? comparées aux 20mm généralement observés ?Merci, pour toutes les articles sur toutes les techniques !!!!!Thierry.

Adrien 28/12/2006 10:25

Bonjour Thierry,
 
Tout d'abord merci pour vos impressions.
 
Sur route j'ai roulé avec des Dugast coton 21mm bien séché, c'était vraiment idéal mais difficille à obtenir. Sinon pour durer longtemps les Continental Compétition sont assez bon et très résistants, pour les surface sèche et roulante les Continental Podium sont très bon avec un aspect lisse unique mais souvent utilisé dans les chronos. Pour le rapport qualité prix les Vittoria CX restent bon même si ce ne sont plus les CX d'antan et ont un peu perdu en souplesse.
 
Concernant la section de 21 mm et bien à mon avis ça doit surement renforcé quelques peu la solidité, mais on ne peut pas dire qu'un millimètre puisse influer énormément. Tout ce qui est appréciable c'est la forme très arrondie du profil juste au dessus de la surface de freinage, cela évite pas mal de percer lorsuq'on tape à jante. C'est surtout appréciable en cyclo-cross ou la pression est extrêmement basse et le boyau vient régulièrement en contact avec la jante. Toutefois sur route lorsqu'on ne peut eviter une plaque d'égout au autre trou, ça atténuera la gravité de l'impact. La chance de crever est plus faible. C'est à mon avis mieux que les jantes Winium ou l'arrête est extrêmement coupante, tout comme sur des Hed3 Carbon !!!
 
A bientôt.
 
Romain.

Péjy 28/11/2006 09:54

N'est-il pas surprenant de monter la roue arrière en radial côté pignons? On s'attendrait plutot au contraire...

Romain 28/11/2006 10:32

Bonjour et merci pour votre remarque,
 
Et oui au premier abord ça peut paraître "bizarre" mais depuis quelques années les concepteurs cherchent à réduire la différence de tension qu'il y a entre les rayons côté roue libre, et le rayons côté opposé. Le déséquilibre provenant du fameux parapluie. En effet  Il faut un espace suplémentaire du côté de la roue pour justement placer celle-ci et donc placer les rayons différement de ceux côté opposé.
C'est Mavic le premier qui a introduit ce type de montage en 1999 avec l'arrivé de la désormais célèbre Ksyrium. Pour utilser ce montage il faut bien sur des composants aux propriétés mécaniques assez élévées notamanent en terme de résistance. Ensuite les dimensionnements des flasques doivent être assez particuliers notament un diamère de flasque côté opposé de la roue-libre plus important. On peut noter qu'en plus de Mavic et Speedcomposites Shimano utilise également ce concept.
 
J'espère vous avoir un peu éclairé. Si vous avez d'autes remarques n'hésitez pas.
 
A bientôt.
 
Romain.
 

laumi 27/11/2006 15:06

elles sont bien belleset le prix est toujours sous les 1000 euros ?toujours pas  possible de faire un montage perso avec ces jantes ?quelqu'un les a déjà essayé ??

Adrien 27/11/2006 16:07

Bonjour Laumi,
Concernant les jantes le mieux sera de demander directement à Lars:
info@speedcomposites.com la réponse sera surement longue il est souvent très occupé.

Concernant les roues, je roule avec le version qui a des rayons Sapim Lazer depuis mars. J'attends de guérir un genou pour rouler avec la version montées avec des rayons Sapim cx-ray.  Elles sont légères, c'est un régal de relancer avec, elles sont peut-être pas aussi rigide que certaines roues plus lourdes, mais la légèreté allié au confort en fond une roue assez polyvalente. Pour le cross c'est pratiquement l'idéal, on a pas mal de relance des revêtements médiocre et ça passe vraiment bien. Pour le route elle sont idéal pour les courses à fort dénivelé, mais la légéreté facilite forcément moins sur le plat mais ça aide, même dans les sprints.

Merci pour ton message.

Romain.